Bonjour à toutes et à tous,
 
Depuis vendredi soir, notre club est fermé et bien malin celui qui saura dire jusqu’à quand.

Le contexte est grave et personne ne songe à discuter ou à remettre en cause les préconisations de prévention et de lutte contre l’expansion de l’épidémie.

Les mêmes mots sont dans toutes les bouches : confinement, isolement, suppression des gestes de courtoisie habituelle, poignées de main ou bises. Des gestes au demeurant simples mais qui ne sauraient être efficaces que si tout le monde s’y plie.

Notre maison-bridge est fermée, le local restera vide jusqu’à nouvel ordre.

Mais un club, ce n’est pas qu’un local. Notre club, c’est d’abord un groupe de plus de 300 personnes réunies autour d’une passion commune. Jusqu’à la semaine dernière, quotidiennement le local bruissait (et parfois, bruissait très fort) des discussions, des commentaires vifs ou apaisés, calmes ou virulents. Bref, il y avait de l’animation, de la vie qui y bouillonnait. Cet épisode de fermeture, probablement longue, aura à n’en pas douter le mérite de nous faire apprécier, par le manque, tout le bonheur simple de ces rencontres, simples elles aussi, et auquel nous avions fini par nous habituer au point de ne plus en avoir la perception. Ce serait bien de s’en souvenir lorsque les choses reviendront à la normale. Car les choses reviendront à la normale.

Le club, le groupe, la communauté que constitue le Bridge Club des Sables d’Olonne, continue d’exister, même si l’on ne peut plus se côtoyer, même si l’on ne se rencontre plus comme avant. Oui, il y a isolement, il y a confinement mais il ne faudrait surtout pas que ce temps-là devienne celui de la solitude. La solitude qui ronge les existences. La solitude que beaucoup aimaient venir briser au club. Nous ne pouvons plus nous déplacer avec autant de facilité qu’avant ? Soit. Mais nous pouvons communiquer, peut-être maintenant plus que jamais. Le mail ou le site du club sont des moyens de rester connectés avec tous les bridgeurs du club, un moyen de donner de ses nouvelles, un moyen d’échanger.

Nous n’avons jamais vécu cette expérience de rester couper de nos relations sociales sur un temps qui promet d’être long. N’est-ce pas le moment d’inventer, de créer de nouvelles formes de communication entre nous ? Ce temps long, chacun replié chez soi, sera peut-être l’occasion de lectures inattendues, alors pourquoi ne pas en faire profiter les autres ? Ce temps long sera peut-être l’occasion de chercher et de trouver des façons originales pour occuper le temps. Toutes les idées sont bonnes à prendre dès qu’il s’agit de faire vivre le lien social. Partagez avec les autres la façon dont vous vous organisez pour rendre le confinement moins lourd. Il y a aussi une vie aussi à côté du bridge !

A propos de lectures, après avoir rapidement relu la fable de La Fontaine « Les animaux malades de la peste », je viens de me plonger dans une relecture de « La Peste » d’Albert Camus. C’est comme une forme d’exorcisme. Et une fois terminée cette lecture, je me demande si je ne vais pas continuer dans la même veine en allant du côté de chez Gabriel García Márquez et entreprendre la lecture de « L’amour au temps du choléra » ? Même en ces temps d’épidémie, on peut encore se payer le luxe de sourire un peu.

Si l’idée vous intéresse, racontez comment vous vivez cette période, envoyez de vos nouvelles et le  club s’en fera l’écho, si vous le souhaitez. Il suffit pour cela de faire « répondre » lorsque vous aurez reçu ce mail. Partageons nos sourires face à ce fléau. Partageons aussi, parce qu’il y en aura forcément, les peines qui nous atteignent.

Restez confinés, mais ne restez pas isolés.
 
Jean – Luc DALIZON
Chargé de communication