ACTUALITES  DU  CLUB   du mercredi 1er avril


Des problèmes de voisinage ?  


Madame la  Présidente est inquiète.

Elle vient de recevoir de la part du Commissariat de Police des Sables un courrier qui, pour le moment, est de courtoisie, mais on pressent bien que le papier bleu, synonyme d'amende ou peut-être davantage, n'est pas très loin.

Le Commissariat de Police l'informe qu'il a reçu un courrier comminatoire du Président - Fondateur de l'Association " Méditation Philosophique Transcentendale Omnidirectionnelle et Travaux d'Aiguilles"  dont les membres ont l'habitude de se réunir bi-hebdomadairement dans une salle voisine du Bride Club. Les travaux de  cette association se déroulant dans le silence le plus absolu,  nombre d'entre eux se disent gênés par les propos qui s'entendent au travers des cloisons.

Voici la teneur du courrier reçu au Commissariat :



Monsieur le Commissaire,

Il est de mon devoir de citoyen respectueux des lois et attaché aux principes de moralité sur lesquels se fonde notre Société, de vous informer des agissements honteux auxquels se livrent régulièrement les membres du club de bridge des Sables d'Olonne avec lesquels l'Association que je préside doit voisiner, en raison du hasard de l'attribution des salles. 

Au vu de l'intitulé de ce club, on pouvait raisonnablement penser que l'on y jouait aux cartes...

Mais, chaque fois que nous nous réunissons pour nos travaux,  ils sont entre trente et quarante des deux sexes, à investir les locaux mis à leur disposition par la municipalité qui serait bien inspirée de vérifier ce qui s'y passe.

Les commentaires et bruits divers qui filtrent au travers des cloisons, laissent planer, vous en jugerez, les doutes les plus sérieux sur la réelle nature de leurs activités.

Ainsi, il n'est pas rare d’entendre des voix tant masculines que féminines soupirer : « Je viens de prendre un bon coup » (quand ce n’est pas deux ou trois !) ou encore, sans la moindre gêne : « C’étaient vraiment des manches tendues ».

Nous avons le sentiment  que ces après-midis orgiaques sont dirigés par une sorte de Maître de Cérémonie qui orchestre les ébats, en invitant d’une voix qui confine avec la lubricité , les participants à « changer pour une nouvelle position » tout en décrivant, avec une délectation perverse, les mouvements des paires qui montent et descendent inlassablement.

Mais il y a pire, Monsieur le Commissaire.  Dans ce qui semble être un centre du vice on n'y trouve pas que des adultes endurcis ! Hélas non ! Je sais pour l’avoir entendu, que des « mineures affranchies » s’y sont laissées entraîner et, pauvres petites, après avoir été initiées aux « placements de mains », sont allées jusqu’à pratiquer des « squeezes » ( ?) impitoyables, se permettant même d’appeler leur partenaire « petit cœur ».

Dans ce tourbillon frénétique et libidineux, sans vergogne ni la moindre pudeur, on ne craint pas de disserter sur les caractéristiques anatomiques les plus intimes, les uns vantant « leur belle longue », quand d’autres se plaignent de « leur toute petite ouverture ». On y parle effrontément de deux ou trois « passe » d’affilée, si ce n’est plus. « J’ai préféré tirer un coup de sécurité pour le cas où la dame serait sèche ! » Pour finir,, ils s’encouragent par des « Bravo partenaire » « Merci partenaire ».

Inutile, Monsieur le Commissaire, de m’étendre davantage sur cet étalage de débauche. Le reste s’imagine ! Alors ! je vous en supplie, intervenez rapidement et  faites cesser au plus vite ces agissements qui risquent de contaminer la population des Sables.

Les gens honnêtes vous en sont, à l’avance, reconnaissants.